Archive for novembre, 2010

Ma maman et moi

Tadao Miyamoto
Mango, 1997

Petit ours est vif et curieux, un poil coquin et glouton par-dessus le marché.
Tout le long de l’album, il faut qu’il s’assure que Maman ours le trouve gentil et qu’elle l’aime en toute occasion, même lorsqu’il fait des bêtises – ce qu’il ne manque pas de faire.

Le texte est bien écrit et plein de tendresse, mais c’est l’illustration qui contribue le plus au charme de l’histoire et à la dimension humoristique de l’album.
Dans un style un peu retro’, au delà des modes graphiques actuelles, les personnages très expressifs portent une narration parallèle au texte, qui le complète bien.

Disponibilité

Cette série très chouette comprend aussi :

Mon papa et moi
Mon papy et moi

Alessandra

Publicités

Laisser un commentaire

Alice in Wonderland = Alice nel Paese delle Meraviglie

Suzy Lee
Corraini, 2002

Disponibilité

Ma précédente contribution à propos du titre « Ombres » de Suzy Lee – une nouveauté éditoriale – m’a permis de découvrir cet album, qui date de 2002.

Toujours autour des mêmes thématiques – réalité/représentation, réalité/imaginaire, réalité/effets de miroir – ce titre va bien plus loin et s’adresse à un public plus averti.
Et quel meilleur départ qu’Alice au Pays des merveilles, qui traite déjà de quelques unes de ces thématiques.

Des enfants, silhouettes en contre-jour, assistent à un spectacle de castelet. Dans une mise en scène troublante, Alice, un personnage réel mais miniature, se transforme en figurine et évolue dans des décors de peinture, plutôt sombres et inquiétants. La fillette, poursuivie par le lapin, passe de la scène aux coulisses, où les décors révèlent leur inconsitance, simples squelettes, silhouettes supports d’ombres et de rêves. Rattrapée par le lapin, elle finit par se transformer en hybride fillette-lapin.
Un drame s’est joué (ou est-ce seulement une pièce ?) et les enfants applaudissent.

Le spectacle terminé, on est aspiré par une vertigineuse mise en abîme, qui nous éjecte du support livre même, et que je vous laisse découvrir…
Endroit, envers du décor ; réalité, fiction, on ne sait plus…
Une seule phrase dans tout l’album, tirée d’une pierre commémorative en l’honneur de Lewis Carroll : Is all our life, then, but a dream ?
Décidément une belle réussite.

Alessandra

Laisser un commentaire

Les Quichons d’Anaïs Vaugelade

Le cauchemar de Gaëtan Quichon
L’Ecole des loisirs, 2004
Disponibilité

Maman Quichon se fâche
L’Ecole des loisirs, 2004
Disponibilité

Philippe Quichon veut voler
L’Ecole des loisirs, 2004
Disponibilité

L’animal domestique d’Hermès Quichon
L’Ecole des loisirs, 2006
Disponibilité

La vie rêvée de papa Quichon
L’Ecole des loisirs, 2006
Disponibilité

Dans les basquettes de Babakar Quichon
L’Ecole des loisirs, 2009
Disponibilité

La poussette de Cléo Quichon
L’Ecole des loisirs, 2009
Disponibilité

Papa et maman Quichon ont 73 quichonnets, tous dûment répertoriés dans les pages de garde de chaque volume. Auront-ils droit chacun à leur petit volume ?
A ce jour, sept titres ont paru, chacun au nom d’un quichon, autant dire qu’on a encore de beaux jours devant nous…

Ces histoires courtes racontent une tranche du quotidien de l’un des personnages, regardé d’un oeil tendre et drôle. Parfois, d’un coup, à l’aide d’un peu de fantaisie, voilà que l’histoire prend de l’envol, pour sortir du cadre de la réalité pendant le temps du récit.

Les Quichons évoluent dans des albums de petit format, où l’illustration tient la vedette. Ils sont croqués par un beau coup de crayon qui ne retient que ce qui est essentiel à la narration.
Textes courts. Pour les petits dès 3-4 ans.

Alessandra

Comments (2)